Accès menu Boutique | Accès menu Informations | Accès au contenu

logo Alimenthus

Les pages ressources du Labyrinthe Gourmand Oh! Légumes Oubliés !

Besoin d'aide : 33(0)5 56 85 53 44

Bienvenue à la Ferme, cliquez pour plus d'infos
Clients


Votre panier votre panier est vide

Agriculture Biologique, cliquez pour plus d'infos

Vous êtes ici :  Accueil » Histoire & aliments

 

Les émeutes de la faim

Sous la pression des pays émergents, des mauvaises récoltes dues au réchauffement climatique, de l’augmentation des coûts pétroliers, de la production de bioénergies et de la spéculation boursière sur les matières premières, le modèle occidental d’alimentation actuel se fissure de toutes parts.

Les contraintes écologiques actuelles sont trop nombreuses pour que l’on puisse fonder l’alimentation des peuples sur uniquement des productions à fort besoin énergétiques, largement externalisées et donc transportées sur l’ensemble de la planète.

Comme l’indique Joseph Stiglitz, mais aussi Eugène Nyambal (Conseiller pour l'Afrique au Fonds monétaire international - FMI), la situation est le résultat des politiques prônées par les institutions financières internationales. Depuis des décennies elles ont encouragé sous la pression des pays occidentaux et des structures financières internationales, les cultures d'exportations comme le coton, au détriment des cultures vivrières qu'il était plus avantageux d'acquérir, à bas prix, sur le marché international.

Sous l’égide d’une mondialisation conquérante et d’un libéralisme à vocation mondiale, elles ont aussi poussé au démantèlement des structures de contrôle des prix. "La plupart de ces pays attendent des solutions de la Banque mondiale ou du FMI qui sont eux-mêmes dépassés par les évolutions récentes", ajoute-t-il, en insistant sur les conséquences des troubles actuels sur les régimes en place qui n'ont pas développé de politique de soutien à l'agriculture locale. A l'occasion de la fête de l'indépendance, le président sénégalais Abdoulaye Wade a ainsi annoncé la relance d'un "programme national d'autosuffisance" agricole !
Mais n’est-il pas trop tard ?

La Banque mondiale a aussi fait amende honorable dans son dernier rapport annuel et mis l'accent sur la renaissance des cultures vivrières. Mais, il faudra des années pour modifier le modèle de développement.
Et surtout la contagion risque de se propager dans beaucoup d’autres pays ?
Et peut-être même jusqu’en France ! Ou encore en Chine !

C’est tout l’enjeu des pratiques « d’alimentations durables »
qu'il convient de mettre en place aussi bien en France que dans les autres pays du monde.

En effet, notre système de production mondial qui a été établi dans les années 50 et 60, avec la création du Marché Commun Européen et agricole, sous la pression et avec l'aide des USA, touche à ses limites, à partir du moment où les réserves pétrolières sont en cours d'épuisement et que le cours des énergies fossiles est nettement revalorisé !

Seules une relocalisation des productions, une réorganisation des systèmes culinaires et de nutritions, autour de la biodiversité autochtone et des cultures culinaires traditionnelles, avec une revalorisation des semences paysannes, pourront assurer une relative autonomie, une complémentarité des approvisionnements et une certaine sécurité alimentaire aussi bien que sanitaire, dans tous ces pays.

Ne perdons pas de vue que les fruits et légumes oubliés n'existent pas qu'à Sadirac !
Chaque région du globe, chaque pays, chaque territoire ont eux aussi leurs propres "Légumes Oubliés" !
Et il convient à chacun de les retrouver, de les rediffuser et de les refaire partager, dans un souci d'identité, de santé, de proximité, de diversité et bien sûr d'autonomie alimentaire ...
Mais aussi, dans un esprit "d'économie positive" qui constitue à nos yeux, un enjeu essentiel en ce début de siècle. En effet, les légumes oubliés sont facile à cultiver en bio et peu exigeants en intrants. Dans pas mal de cas ils permettent aussi de "recycler" des productions délaissées. Ils contribuent à la biodiversité, tout en nous apportant un meilleur équilibre alimentaire.

En deux mots : "avec moins, ils permettent de faire plus",
ce qui correspond tout à fait aux enjeux alimentaire de notre époque, à la portée de notre démarche et au sens de l'économie positive, telle que la définie Maximilien Rouer.
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

Unité :
3.20 € 2.56 €
Acheter
Par lot de 12 :
36.48 €
Acheter par lot
Fiche détaillée : Confiture de Gratte-Cul - 120 g

Voir la fiche produits

Unité :
4.50 € 3.60 €
Acheter
Par lot de 6 :
25.65 €
Acheter par lot
Fiche détaillée : Compote d'Amour en Cage à la Lavande 220g

Voir la fiche produits

Produit issu de l'Agriculture Biologique



... Idée Recette !
200 gr de feuilles d'orties sauvages (1 bocal 37 cl)
10 cl de nuoc-man
3 cuillèrées d'huile d'olive
8 oeufs frais Bio
...

Cette recette est extraite du...

Emission Midi en France : Au bout de mes rêves - France 3 National


ALIMENTHUS Ets DURU ZI Les Augustins 33360 LATRESNE

Tél : +33(0).556855344 / Fax : +33(0).556496119 / Email : contact@alimenthus.com

Photos, dessins, marques et textes déposés - Droits d'utilisation interdits, sauf accord écrit de notre part

Les problèmes alimentaires et la faim dans le monde trouveront leurs solutions autour des légumes oubliés ...